Njoy lance une campagne publicitaire à gros budget

Publicité Njoy

Toute la communication de Njoy est basée sur la ressemblance avec les vraies cigarettes

Après la publicité mettant en scène l’acteur Stephen Dorff pour la marque Blu, c'est au tour maintenant de Njoy de se payer une pub mais cette fois ci sur le site du New York Times.

Njoy dit avoir eu du mal à se constituer un réseau de diffusion pour ses publicités, les éditeurs étant encore très frileux à l'idée de relayer des messages nicotinés.

Voici la pub de Njoy, si vous n'arrivez pas à la lire vous pouvez la consulter sur le site du New york Times.

Les deux plus grosses sociétés sur le marché de la cigarette électronique aux Etats-Unis, derrière lesquelles se cachent les mêmes personnes qui vous ont pollué les poumons, en l'occurence ici Lorillard (Blu) et la Japan Tobacco International (Njoy), commencent apparemment à jouer à la petite guerre promotionnelle.

Les moyens publicitaires deviennent de plus en plus lourds et tout semble montrer encore une fois que la cigarette électronique est un marché en plein essor. Dans un article du Times, Njoy annonce que son budget pour cette campagne se situe entre 12 et 14 millions de dollars pour les six prochains mois. Pas de quoi se payer Brad Pitt, mais assez pour commencer à lobotimiser sensibiliser la population américaine sur ce nouveau type de cigarette qui a tout d'une vraie.

Ces campagnes sont importantes car elles réveillent les fumeurs mais posent en même temps le problème d'une image trop facile de la cigarette électronique : un produit cool et moderne. Fumer c'est redevenu tendance. Les belles gueules du cinéma vont le font savoir, on peut maintenant fumer sans culpabiliser. Le message est bien trop court à mon goût et va se faire récupérer sans plus attendre par les groupes anti-tabac financés par big pharma.

Quand on sait que l'industrie de la cigarette électronique marche sur des oeufs à l'heure actuelle et que ses détracteurs récupèrent toutes informations un peu trop poussives pour en faire un contre argument, ce genre de démarches n'est peut être pas le meilleur moyen pour bien préparer l'avenir du produit, en tous cas pour l'instant.

Njoy reste plus soft que Blu et semble un peu plus responsable

Cette publicité Njoy reste quand même bien meilleure que celle de Blu à mon sens et en dit long sur les précautions que la société prend dans son discours, peut être du à son passé avec la FDA (Food and Drug Administration). Njoy pour rappel se refuse à vendre des cigarette électroniques aux goûts fantaisies, aux couleurs trop criardes et demandent à ses distributeurs de vérifier systématiquement l'âge du consommateur.

Savez-vous ce qui est le plus extraordinaire avec cette cigarette ? C'est qu'il ne s'agit pas d'une cigarette.

Sur une musique du groupe Foreigner titrée “une sensation comme la première fois” la publicité nous dit que “Les fumeurs ont enfin trouvé une vraie alternative” avant de nous interpeller sur la ressemblance trompeuse avec une vraie cigarette. Le jeu de mot du slogan “You've met your match” n'a malheureusement aucun sens pour nous au pays du camembert, je ne vais donc pas m'attarder la dessus. Mais une question me turlupine.

Trop de pub peut-il nuire à l’avenir de la cigarette électronique ?

Publicité Njoy vapoteur

Un acteur à la mâchoire carrée recrache une quantité hallucinante de vapeur. Ca donne envie.

Des cigarettes électroniques roses bonbons, des e-liquides à la fraise, des acteurs de cinéma qui vapotent en ventant une marque, tout cela peut se retourner contre la communauté des vapoteurs qui jouit encore aujourd'hui d'une grande liberté et qui s'autorégule de plus en plus. J'ai simplement peur que ces géants de la vente ne viennent briser tous les efforts entrepris auparavant par la communauté pour informer les fumeurs.

Cette publicité de Njoy me rassure un peu car elle est moins racoleuse que celle de Blu dans laquelle je vous le rappelle Stephen Dorff nous invitait quand même à vapoter durant les matchs de basket, au bar avec des amis et de reprendre en main notre liberté en tant qu'adultes tout en prétendant que la vapeur ne représentait aucun danger pour l'entourage (ce qui est encore en plein débat).

J'ai du mal à imaginer quelle pourrait être la meilleure publicité pour la cigarette électronique à l'heure actuelle. Peut être celle d'un collectif, comme le font chez nous les producteurs de produits laitiers, serait pas mal pour commencer ? Informer avant de promouvoir me semble assez sage.

Si demain Johnny Hallyday nous disait que la cigarette électronique c'est rock'n roll et que ce n'est que de la vapeur, qu'elle serait votre réaction en tant que vapoteur ?

Publié dans Economie, News cigarette électronique avec les tags , , , , , , .
  • http://twitter.com/unairneuf Randall

    Le problème, c’est l’interdiction légale de prétendre – commercialement – que la cigarette électronique est une façon de réduire les risques du tabagisme. Toutes les études le montrent, toutes les enquêtes le montrent et c’est pour cette raison que les fumeurs passent par millions au vapotage. Effectivement, un collectif de vapoteurs ne pourrait être attaqué pour affirmer ce qui est établi.